mÉdias

picture

À noter : Plusieurs des articles recommandés à votre attention ci-dessous proviennent du magazine La maison du 21e siècle dont l'éditeur, André Fauteux, couvre régulièrement depuis plusieurs années tout ce qui touche à la pollution électromagnétique, à l'électrosensibilité et aux compteurs 'intelligents'. Vous trouverez de nombreux autres articles à ce sujet sur le site Web du magazine.

Pour d'autres nouvelles, voir les Développements récents


(Cette page n'est plus tenue à jour, mais le lien ci-dessus l'est chaque jour.)

 

Valleyfield dit non aux compteurs intelligents - 20 mars 2014

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD - Après mûre réflexion, le conseil municipal de Salaberry-de-Valleyfield a établi un consensus et demande un moratoire à la Régie de l’énergie du Québec au sujet de l’installation des compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec ou plus communément appelés les compteurs intelligents.

(...) Au cours des dernières semaines, l’administration municipale a rencontré des représentants d’Hydro-Québec ainsi que de la Direction de la santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie avant de prendre position dans le dossier.«À court terme, il y a peu ou pas de danger mais à long terme, on nage dans l’inconnu avec un manque de précision», affirme le maire Denis Lapointe.

(...) Trois éléments importants figurent dans la démarche de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield. Dans un premier temps, la Ville demande à la Régie de l’énergie de mettre en place un moratoire pour contrer l’installation des compteurs de nouvelle génération d’Hydro-Québec sur le territoire campivallensien. Puis, la Ville demande que le BAPE soit saisi du dossier et qu’une étude d’impact sur la santé soit réalisée à plus long terme. «L’information de base pourrait démontrer qu’il n’y a pas de danger à court terme. Actuellement, il n’y a pas d’étude faite à long terme», souligne le maire. En dernier lieu, la Ville appuie la motion déposée par Québec solidaire à l’Assemblée nationale et votée à l’unanimité par tous les partis politiques, demandant à Hydro-Québec d’offrir à ses clients une option de retrait sans frais supplémentaires. «En ce moment, les gens qui refusent les compteurs intelligents doivent payer un montant pour ne pas le faire installer et payer un autre montant annuel pour la lecture», explique M. Lapointe. Il va sans dire que cette décision a été accueillie de façon positive par les citoyens préoccupés par les compteurs intelligents et une salve d’applaudissements a suivi. À voir les mines réjouies des gens, on pourrait qualifier de «victoire», l’appui obtenu de la part des édiles municipaux. CLIP

 

Amir Khadir dénonce Hydro-Québec - 16 mars 2014

Amir Khadir, de Québec solidaire, apporte son soutien aux citoyens des Laurentides qui sont opposés au projet de ligne du Grand-Brûlé et au déploiement des compteurs de nouvelle génération d'Hydro-Québec. (...) Le député sortant de Mercier a donné une volée de bois vert à Hydro-Québec, dénonçant son despotisme et son comportement arrogant, notamment dans sa façon de faire dans le dossier de la ligne du Grand-Brûlé-Dérivation Saint-Sauveur. Il a aussi blâmé la Société d'état pour son insensibilité face « aux municipalités, aux comités de citoyens et aux députés à l'Assemblée nationale qui demandent (à Hydro-Québec) d'assurer que tous les citoyens des différentes régions qu'il dessert par ses compteurs, puissent, s'ils le désirent, pouvoir compter sur les technologies alternatives qui existent ». Il a souligné l'importance de rappeler à l'ordre quelques-unes de nos institutions, dont Hydro-Québec « qui se comporte comme une multinationale quelconque, privée et commerciale, qui n'a aucune considération pour la qualité de vie des gens ». CLIP

 

COMPTEURS INTELLIGENTS : La Ville de Laval exige qu’Hydro-Québec «respecte» les citoyens - 11 mars 2014

LAVAL – La Ville de Laval demande à Québec d’obliger Hydro-Québec à respecter les Lavallois qui ne veulent pas de compteur intelligent installé dans leur demeure. Cette décision a été applaudie par la majorité des citoyens présents lors du dernier conseil de ville. Citant des problèmes «d’intimidation» de la part des installateurs à l’endroit des citoyens, le conseiller municipal et membre du comité exécutif, Raynald Adams, a présenté une résolution frappante à l’égard d’Hydro-Québec. «La Ville de Laval demande au gouvernement du Québec de condamner le zèle dont font preuve les installateurs des compteurs émetteurs d’Hydro-Québec», peut-on lire dans la résolution, approuvée à l’unanimité par le conseil. De plus, l’administration municipale demande à la société d’État de clarifier les étapes à prendre pour un citoyen qui désire refuser l’installation des nouveaux compteurs et d’annuler toutes pénalités associées à un tel refus. CLIP

 

Compteurs 'intelligents' : 77 municipalités québécoises demandent un moratoire et/ou la gratuité du droit de retrait - 10 mars 2014

Depuis l'adoption par la municipalité de Saint-Colomban, le 8 novembre 2011, d'une première résolution réclamant un moratoire sur le déploiement des compteurs 'intelligents', les institutions démocratiques du monde municipal québécois ont permis à de nombreux groupes de citoyens qui les pressaient d'agir de faire grandir et de valider le mouvement d'opposition à la technologie, aux effets potentiellement cancérogènes, choisie par Hydro-Québec pour la relève à distance de ses compteurs. Avec la mise en ligne il y a 2 jours de la cinquantième résolution en appui à cette cause, un important jalon vient d'être franchi puisque, comme le titre de ce communiqué l'indique, ce sont désormais plus de 77 municipalités québécois, dont la population totale, selon les statistiques les plus récentes disponibles, dépasse le million de personnes, qui ont affirmé la volonté grandissante des élus municipaux de faire front commun avec leurs citoyens pour faire valoir leur rejet des compteurs 'intelligents' et/ou la nécessité d'accorder la gratuité inconditionnelle du droit de retrait.

(...) Rarement a-t-on vu au Québec un mouvement prendre une telle ampleur autour d'une question de santé publique et mobiliser de telle manière les municipalités québécoises, et ce, malgré l'absence de consensus scientifique définitif sur la question du risque sanitaire que font courir les émetteurs à micro-ondes de ces compteurs. De fait, à mesure que le déploiement de cette technologie progresse dans le monde, des milliers de personnes se disent être victimes des micro-ondes pulsées émises par ces appareils en raison des très nombreux symptômes débilitants qu'elles subissent depuis leur installation, des symptômes qui disparaissent rapidement dès qu'elles s'en éloignent pour quelques jours. La campagne Je garde mon compteur ! présente d'ailleurs sur son site – JeGardeMonCompteur.com – une soixante de témoignages de victimes québécoises de ces compteurs et fournit des liens vers des centaines d'autres témoignages. CLIP

 

Le pouvoir ultime de l'industrie - 5 février 2014

(...) En parlant des enjeux des champs électromagnétiques, Paul Héroux souhaite que les gens comprennent que ce sont des batailles qui durent depuis 50 ans. « L'industrie domine les organisations qui produisent les standards. En d'autres termes, les gens qui donnent les recommandations sont soit des gens de l'industrie, soit des gens choisis dans le milieu scientifique qui partagent les mêmes opinions. » Selon le physicien, beaucoup de publicité a été faite pour convaincre le public que les ondes électromagnétiques émises par les compteurs intelligents d'Hydro-Québec n'étaient pas biologiquement actives. « Il faut se mettre à la place des industries. Quand on investit énormément d'argent dans un système, ils ne veulent certainement pas se faire dire que les ondes électromagnétiques sont dommageables », mentionne-t-il.

(...) Selon l'enseignant universitaire, le gouvernement n'a pas les moyens financiers d'évaluer les effets des ondes électromagnétiques sur la santé: « Ce qu'il fait, c'est qu'il recourt à une poignée d'employés qu'il envoie à des conférences aux états-Unis. Ces gens-là reviennent et adoptent le même standard que celui des Américains, en y apportant de légères modifications pour donner l'impression qu'on est souverains. Mais en réalité, tous leurs standards sont copiés sur le standard C95.1. » Il détaille la manoeuvre à long terme: « L'industrie ne va pas relâcher son contrôle sur la question des effets des champs électromagnétiques sur la santé, puisque pour elle, si jamais c'est su - qu'elle a généré du cancer ou des dommages au cerveau - imaginez ce qui va se produire! » L'ex-employé d'Hydro-Québec précise que la seule solution qui est acceptable pour la l'industrie, c'est que le standard ne change pas. "S'il bouge, ils (l'industrie) sont morts! Les entreprises dépendent de ce standard-là.  » Finalement, ce qui se passe selon le professeur, c'est que l'industrie domine les comités qui déterminent les standards. Elle met en place des individus en place, qui mettent beaucoup d'emphase sur les résultats, qui confirment ce qu'elle veut et elle discrédite les résultats qui ne lui sont pas favorables. « C'est un processus d'érosion intellectuelle qui fait que le standard ne bouge jamais. Quand il bouge, c'est pour accommoder les besoins de l'industrie, pour rendre ses installations légales », de conclure Paul Héroux.

 

Paul Héroux sonne l'alarme - Effets des champs électromagnétiques sur la santé - 5 février 2014

Dans une entrevue accordée à Point de vue Laurentides, Paul Héroux, physicien à la tête du In Vitro Toxicology Laboratory de l'Université McGill, fait le point sur les effets des champs électromagnétiques sur la santé. Dans sa carrière, M. Héroux a notamment travaillé dans la conception des réseaux électriques pour Hydro-Québec. « J'ai aussi fait beaucoup de travail sur les propriétés électriques des tissus vivants ainsi que sur les mesures de champs électromagnétiques dans l'environnement ainsi que leurs relations avec le cancer et les effets sur les cellules », se présente-t-il au bout du fil. Aujourd'hui, il enseigne les effets de l'électromagnétisme sur la santé ainsi que la toxicologie à la Faculté de médecine de l'Université McGill. À la question : « Les citoyens ont-ils raison de s'inquiéter de leur santé quand on parle de l'installation des compteurs intelligents d'Hydro-Québec ? », il répond : « Moi je pense qu'ils ont raison, mais c'est une question d'opinion », souligne le chercheur. En parlant des effets sur la santé, le physicien mentionne que n'est pas quelque chose qui fait mal. « Ce n'est pas comme une balle de fusil ou un dard. Ça se fait à long terme. Mais il y a un petit nombre d'individus - qui sont plus sensibles que les autres – qui sont notre sonnette d'alarme. » Selon lui, les neurologues qui ont étudié la question disent que les conséquences découleront comme une érosion, avec des dommages légers au cerveau. « On prédit une dégénérescence avec l'âge. Le cerveau vieillira plus vite. Imaginez que vous accélérez le vieillissement du cerveau des gens par dix ans. On deviendra un peu plus stupide et nous vieillirons mentalement plus rapidement. C'est ce que les neurologues pensent. » CLIP

 

Compteurs 'intelligents' : Comment le loup conçoit-il le futur de la bergerie

La technologie du nouveau système de gestion de l'énergie que le Gouvernement du Québec, par l'entremise d'Hydro Québec et de son consultant Accenture, tente d'implanter par l'imposition de compteurs Focus AX de Landis+Gyr du côté de l'ensemble des abonnés constitue ni plus ni moins un cheval de Troie corporatif. (...) Le 11 avril 2013, HQ publie un communiqué de presse intitulé Les ressources prêtées par Accenture complètent la force de travail d'Hydro-Québec pour une durée limitée, dans le cadre de mandats précis et ne remplacent pas ses employésOn y apprend que 70 employés sont intégrés aux équipes HQ et qu'une vingtaine sont situés à l'extérieur du Québec. Il faut lire Mumbai. Accenture est une des plus importantes firmes de consultation en outsourcing, qui consiste à transférer les emplois vers un lieu où les conditions de travail et les réglementations sont plus laxistes afin de maximiser les profits. Accenture est également un des plus importants leaders planétaires du Data Mining et de l'Internet Of Everything. Leur slogan stratégique se lit comme suit : "Il est plus facile de prévoir l'avenir lorsque nous le créons soi-même." CLIP

 

Compteurs intelligents : des députés péquistes ont fait pression sur la ministre Ouellet - 23 janvier 2014

Dans une lettre pour usage interne seulement, mais dont Radio-Canada a obtenu copie, les députés demandent à ce que les citoyens qui refusent l'installation d'un compteur de nouvelle génération soient exemptés des frais d'installation et des frais annuels prévus par Hydro-Québec. (...) « Nous croyons que d'imposer des frais d'installation et par la suite des frais annuels d'utilisation constitue une iniquité envers les citoyens qui refusent cette nouvelle technologie. » — Les députés signataires

(...) Les députés signataires rappellent à la ministre Ouellet que des personnes se disent hypersensibles aux micro-ondes. Ils demandent à ce qu'elles puissent conserver leurs compteurs électromécaniques actuels, ce qui n'est pas prévu par Hydro-Québec. Ils proposent notamment que la société d'État envisage « des mesures d'atténuation, de soutien, d'encadrement et de suivi de leur dossier personnel ». « On voulait que la ministre soit au courant de ce qui se passe sur le terrain. Qu'elle connaisse les préoccupations des citoyens », affirme la députée de Mirabel, Denise Beaudoin. CLIP

 

Compteurs intelligents : le courant passe mal entre Hydro-Québec et des clients - 23 janvier, 2014

Le ton monte entre Hydro-Québec et les opposants à ses compteurs intelligents. Ceux-ci fourbissent leurs armes avec l’appui de certains maires de municipalités. À l’Assomption, une petite ville du Québec, une trentaine d’opposants aux compteurs intelligents bravaient le froid cette semaine pour manifester devant le lieu d’une rencontre entre leurs élus municipaux et des représentants d’Hydro-Québec. « Je trouve qu’il est temps, nous autres les Québécois, de se lever et de dire non », dit une manifestante. Le maire Jean-Claude Gingras appuie ses citoyens et met en garde Hydro-Québec. « Au niveau des citoyens de ma ville, l’Assomption, ils vont pogner des compteurs barricadés, ça je peux vous le garantir », dit-il. CLIP -VOIR aussi le reportage TV accompagnant Compteurs intelligents : Hydro-Québec a maille à partir avec certains clients

 

Hydro-Québec et le PQ sont indignes du courant qu'ils ont porté - 19/01/2014

Me voilà en désaccord féroce avec deux entités qui furent, sans conteste, source de fierté pour beaucoup de Québécois, mais qui semblent aujourd'hui avoir perdu le cap sur leurs objectifs premiers: le Parti québécois et Hydro-Québec.

(...) [Hydro] c'est aussi une société qui enfonce dans la gorge de ses clients un produit que beaucoup jugent dangereux: les compteurs ''intelligents''.

Hydro n'est rien d'autre, à mes yeux, que cette société malhonnête qui prétend que le nombre de clients s'opposant aux compteurs intelligents est plus bas qu'il ne l'est en réalité, parce qu'il n'inclut dans sa compilation que les clients qui ont souscrit à l'option de retrait payante, et pas ceux qui ont envoyé un avis de non-consentement pour exprimer leur refus et du compteur dit intelligent, et du compteur non communicant. Tous n'ont pas les moyens de payer les frais exigés par Hydro pour l'application du principe de précaution.

Arrogante, Hydro va parfois jusqu'à violer la propriété privée des gens, les installateurs mandatés par elle profitant d'une sortie pour aller installer en douce, lorsque l'appareil est situé à l'extérieur de la maison par exemple, un compteur ''intelligent'', et parfois malgré les avis de non-consentement que ces mêmes clients ont envoyés.

Hydro est devenue cette entreprise qui utilise un calcul truqué pour tenter de convaincre la population que ses nouveaux compteurs sont sans danger. Ses représentants répètent en effet que le compteur ''intelligent'' émet à une puissance comparable à celle des micro-ondes et des cellulaires et qu'il procède à la transmission de l'information sur la consommation d'énergie environ 6 fois par jour. Ces informations sont inexactes et incomplètes. Hydro-Québec a elle-même admis, devant la Régie de l'énergie, que pour arriver à ce chiffre, on moyenne la puissance de l'émission sur une période de 6 minutes. En clair, le compteur émet à 50 000 microwatts par mètre carré, mais on préfère dire qu'il émet beaucoup moins, ce qui est vrai, si on divise la puissance d'une pulsation par 360. Pire: s'il est possible que le compteur ne transmette les données que quelques fois par jour, il reçoit et émet, en revanche, au moins une fois par minute.

Il est intéressant de noter que les compteurs dits intelligents d'Hydro ne portent ni le sceau de CSA, ni celui de UL, organismes chargés d'établir des normes de sécurité et qui certifient à peu près tous les produits électriques et électroniques que nous possédons.

Certes, Hydro n'est plus la pionnière qu'elle était dans les années 50 et 60. Des doutes et craintes très raisonnables se font entendre un peu partout au Québec, mais Hydro n'y prête aucune attention.

À ce jour, elle refuse d'entendre les dizaines de villes qui ont demandé un moratoire sur l'installation de ces compteurs douteux, et commence tout juste à considérer, au moins en partie, les inquiétudes des députés provinciaux qui demandent, à l'unanimité, qu'on examine d'autres options afin de ne pas pénaliser financièrement les clients qui refusent les compteurs intelligents. Il est à noter que ce même gouvernement qui prétend ne pas avoir de pouvoir sur Hydro-Québec lorsque s'amène la question des compteurs semble oublier les limites de ses pouvoirs lorsqu'il est question des éoliennes de Gaspésie. Léo Bureau-Blouin et les signataires de la pétition demandant, elle aussi, un moratoire sur les compteurs intelligents auront-ils droit à ce même silence radio de la part de la société d'État?

En est-on vraiment rendu là où semblait le suggérer une conseillère municipale à la ville de Longueuil, lorsqu'elle a déclaré, au conseil : « Vous savez, Hydro-Québec fait les choses, et nous on s'ajuste... »?

 

Ondes électromagnétiques : une loi pour limiter l'exposition de la population - 22 janvier 2014

« Ondes : votez la loi ». C'est le message adressé aux parlementaires par les quelques dizaines de militants « antiondes » qui, mercredi 22 janvier en milieu de matinée, ont déployé une banderole blanche et noire sur le pont de la Concorde à Paris, face à l'Assemblée nationale. Les députés doivent en effet examiner, jeudi 23 janvier, à la faveur d'une « niche parlementaire » du groupe écologiste, une proposition de loi « relative à la sobriété, à la transparence et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques ». (...) « Le nouveau texte est surtout symbolique, estime Etienne Cendrier. Son mérite est de mettre un pied dans la porte, en introduisant un peu de régulation dans la toute puissance des opérateurs de téléphonie sans fil. »

(...) Le texte, souligne Mme Abeille, met aussi l'accent sur « l'obligation de concertation et de transparence, au niveau local et départemental », lors de l'implantation ou de la modification d'installations radioélectriques. « Il s'agit, commente la députée, de rétablir le rôle des maires, qui avaient été complètement exclus de la boucle décisionnelle. » D'autres mesures sont prévues, dont l'interdiction de « toute publicité », pour les téléphones portables ou autres terminaux comme les tablettes, ciblant les « enfants de moins de 14 ans ». Pour les plus jeunes, il n'est pas demandé d'étendre l'interdiction d'équipements WiFi – en vigueur dans les crèches et les garderies – aux écoles maternelles, mais simplement de réaliser, pour toute nouvelle installation d'un réseau de télécommunications, « l'étude d'une solution de connexion filaire ».

Enfin, sur la question difficile des personnes souffrant d'électrohypersensibilité (EHS) aux champs électromagnétiques, le projet se contente de demander au gouvernement, dans un délai d'un an après la promulgation de la loi, un rapport sur « l'opportunité de créer des zones à rayonnements électromagnétiques limités, notamment en milieu urbain, les conditions de prise en compte de l'électrohypersensibilité en milieu professionnel et l'efficacité des dispositifs d'isolement aux ondes ».

 

Un moratoire sur l'installation des nouveaux appareils d'Hydro est réclamé - 21 décembre 2013

(Québec) Le mouvement de grogne contre les compteurs de nouvelle génération d'Hydro-Québec prend de l'ampleur. L'Union des consommateurs demande maintenant au gouvernement Marois un moratoire sur leur installation au Québec. «C'est un dossier très préoccupant», a indiqué vendredi au Soleil le porte-parole de l'Union des consommateurs (UC), Marc-Olivier Moisan-Plante. Dans une lettre envoyée à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, l'UC souligne qu'Hydro-Québec semble minimiser le mouvement d'opposition à l'installation de ces nouveaux compteurs alors qu'au moins 2000 avis de refus de la part de citoyens ont été signifiés jusqu'à maintenant à la société d'État. (...) La phase 1 prévoit l'installation de 1,7 million de compteurs d'ici juin prochain. Or, l'UC fait valoir qu'il est prématuré de continuer l'installation des nouveaux compteurs alors que le Code canadien de sécurité 6 sur les émissions des ondes électromagnétiques est en processus de révision. «Imaginez les coûts financiers pour Hydro-Québec si les émissions de ces compteurs ne respectaient plus les normes canadiennes», fait valoir M. Moisan-Plante. (...) Notons qu'Hydro-Québec comparaîtra devant la Régie de l'énergie au début de 2014. Des audiences publiques auront lieu pour avaliser ou non l'installation de nouveaux compteurs de la société d'État, et ce, dans le reste de la province au cours des prochaines années.

 

La Ville de L'Assomption impose un moratoire - 21 décembre 2013

(...) La Ville de L'Assomption dit NON -- Alors que plusieurs citoyens de L'Assomption et Repentigny sont à recevoir une lettre d'Hydro Québec les informant qu'un compteur intelligent sera installé d'ici quelques semaines à leur résidence, le conseil municipal de L'Assomption adoptait, le 19 novembre dernier, une demande de moratoire sur ces installations. Le lendemain, l'Union des consommateurs envoyait aussi une lettre au gouvernement demandant eux aussi un moratoire. Pour ce qui est du maire de L'Assomption, Jean-Claude Gingras, il est impensable d'avoir ces compteurs sur son territoire. En entrevue avec TC Media Rive Nord, le maire explique : « Je viens de terminer une campagne électorale et bon nombre de citoyens m’ont interpellé sur le sujet. Ils craignaient pour leur santé, car même si des organismes gouvernementaux disent qu’il n’y a pas de danger, plusieurs experts les contredisent ». Jean-Claude Gingras, qui se renseigne constamment sur le sujet, explique qu’un expert en électromagnétique lui a confié que « seuls les effets thermiques sur la biologie ont été évalués pour ces dispositifs. Les effets non thermiques sont simplement ignorés malgré une documentation très abondante sur le sujet ». Il ajoute : « De plus, il ne faut pas oublier l’attitude d’Hydro Québec dans le dossier. Hydro a le monopole et offre peu d'options à ses clients en leur imposant quelque chose que plusieurs ne veulent pas. »

(...) Un décret du ministère des Ressources naturelles -- La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, informait la population, le 18 décembre dernier, que le gouvernement venait d'adopter un décret sur le sujet : «L'adoption de ce décret s'inscrit dans une démarche gouvernementale invitant Hydro-Québec à proposer d'autres solutions technologiques ou administratives à ses clients qui ne désirent pas de compteurs de nouvelle génération. Nous souhaitons que la Régie de l'énergie soit sensible aux inquiétudes exprimées par de nombreux citoyens et municipalités». De plus, le gouvernement invite la Régie de l'énergie à considérer les recommandations découlant de la motion adoptée à l'unanimité par l'Assemblée nationale le 29 mai dernier. Selon le gouvernement des options qui ne pénalisent pas les clients refusant les compteurs intelligents doivent être envisagées. Il est important ici de mentionner que la Régie a demandé à Hydro-Québec, lors d'un jugement rendu le 2 décembre dernier, de déposer sa demande de modification relative aux frais liés à l'option de retrait dans les meilleurs délais. Pour ce qui est des Assomptionnistes, quand on demande à Jean-Claude Gingras où en sont rendus les pourparlers entre la Ville de L’Assomption et Hydro-Québec, le maire explique : « Pour le moment, nous leur avons refusé l’accès à notre tour. Donc, c'est impossible pour eux d'installer leur compteur ou quoi que ce soit d’autre. » - À noter : En date du 21 décembre 2013, 40 municipalités québécoises ont adopté des résolutions réclamant soit un moratoire ou la gratuité du droit de retrait, ou bien les deux. Une copie de toutes les résolutions est disponible ICI.

 

Le paradoxe des compteurs groupés - 17 décembre 2013

Hydro-Québec a beau promettre de réduire les frais d’option de retrait (98$ une fois puis 17 $ par mois) facturés aux gens qui ne veulent pas de compteur émetteur de radiofréquences soupçonnées cancérogènes, cela n’aidera en rien les gens qui vivent avec plusieurs compteurs installés dans leur logement ou tout près, déplore Marie-Michelle Poisson, initiatrice du mouvement Villeray Refuse et membre du collectif Refusons les Compteurs. Voici ses commentaires.

(...) Que faites-vous lorsque tous les compteurs de l’immeuble que vous habitez se trouvent dans votre logement? On retrouve souvent 3, 5 ou 10 compteurs au sous-sol ou dans une pièce du rez-de-chaussée ! Que diriez-vous d’avoir 5 de ces compteurs qui émettent des ondes pulsées de 65 000 microwatts par mètre carré à un mètre de distance (surpassant les émissions de tous les autres appareils domestiques) à toutes les 20 secondes en moyenne, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 dans votre salon ou pire encore, dans la chambre de vos enfants? Dans les quartiers centraux de Montréal, notamment dans Rosemont, Villeray, le Plateau ou Verdun, 90 % des compteurs se trouvent dans les logements. Dans Villeray, 70 % des compteurs se trouvent dans des cuisines. (...) Que feriez-vous si vous, personnellement, étiez aux prises avec 5 compteurs au sous-sol, directement sous votre lit et que vous éprouviez depuis l’installation des compteurs des étourdissements, des maux de tête et des saignement de nez ? Honnêtement.

 

La santé n'est pas un luxe ! - 13 décembre 2013

Hier (NDLR mercredi 11 décembre) pendant notre absence, Cap-Gemini a installé le nouveau compteur dit intelligent chez nous à Val-David, sans pré-avis, sans notre accord et ce, malgré notre courrier recommandé envoyé à Hydro-Québec manifestant notre non-consentement. L'évidence est là, la menace est entrée chez nous. Elle s'est pernicieusement fixée sur le mur extérieur, à moins de 40 centimètres de notre poêle à bois, le coeur de notre maison. Elle est entrée comme un viol, une atteinte à notre liberté. Ma liberté de faire les choix que je considère les plus sains pour moi-même et surtout, pour mon enfant. Je demande aux personnes responsables de retrouver le sens de la responsabilité et d'appliquer le principe de précaution.

(...) À chaque fois que mon enfant s'approche du feu pour se réchauffer, je tremble à l'idée que son coeur en fragile développement, son coeur qui, il n'y a pas si longtemps se battait pour vivre, entre en contact avec ce compteur qui, comme son coeur, émet, reçoit, et pulse. Cette fois, je refuse d'être cobaye, je refuse de risquer que mon fils et tant d'autres enfants retournent sur la table d'opération. Par le passé, nos parents désinformés ont laissé s'installer les pesticides dans la nourriture, l'amiante dans l'air, aujourd'hui serons-nous ceux et celles qui laisseront s'installer les compteurs émetteurs de radio-fréquences dans les maisons? Les mots précaution et responsabilité doivent reprendre leur sens, car tous ensemble, nous portons la santé des enfants. Nous sommes co-responsables de la santé de chacune et chacun, et notre santé dépend de la santé de chacune et chacun. Parce qu'on ne nous laisse pas le choix, mon mari, notre fils de 4 ans et moi-même cherchons une alternative pour vivre sans Hydro-Québec, tant et aussi longtemps que l'option de retrait n'est pas gratuite pour tous. La santé n'est pas un luxe.

 

Des citoyens se mobilisent contre les compteurs intelligents - 11 décembre 2013

Sainte-Adèle - Il faut dire non aux compteurs intelligents que des sous-contractants d'Hydro-Québec sont à installer ces jours-ci dans les Laurentides, plus particulièrement à Val-Morin, Val-David, Sainte-Agathe, Saint-Sauveur et Prévost. (...) on a procédé à la diffusion du troublant long-métrage documentaire "Take Back Your Power", de Josh Del Sol, un cinéaste canadien de la Colombie-Britannique. (...) Les accusations du cinéaste et des gens interviewés donnent froid dans le dos: faux-prétextes, intimidation, intrusion dans la vie privée, espionnage, surveillance à la "Big Brother", vulnérabilité au cyberterrorisme et aux "hackers" (pirates informatiques), sans oublier les risques pour la santé: migraine, insomnie, autisme, arythmie cardiaque, cancer. « On ne devrait pas appeler ces compteurs "intelligents" », résume à la caméra un ex-cadre chercheur d'Apple. « Moi, je les appelle des compteurs dangereux. » (...) « Je suis père de deux enfants », a-t-il ajouté. « Ce que je viens de voir à l'écran, ç'a été comme si j'avais reçu un coup de masse de 35 lb en plein front. »

 

Compteurs intelligents - Québec solidaire demande au gouvernement Marois et à la Régie de l'énergie de cesser de faire la sourde oreille - 22 novembre 2013

Françoise David, députée de Gouin, et Amir Khadir, député de Mercier, ont interpellé la Première Ministre du Québec et la Ministre des ressources naturelles afin qu'elles assument leurs responsabilités et qu'elles interviennent auprès de la Régie de l'énergie dans le dossier des compteurs intelligents. Selon la députée de Gouin, il est urgent d'agir pour abolir les pénalités imposées en cas de refus de compteur (137$ à l'installation et 206$ annuellement). « Le gouvernement Marois ne peut plus continuer d'ignorer la mobilisation citoyenne grandissante et doit obliger la Régie à revoir sa politique d'option de retrait. Nous avons reçu des centaines de lettres de résidents de partout à travers le Québec, une vingtaine de municipalités ont voté pour un moratoire, divers groupes citoyens et environnementaux ont interpellé Hydro-Québec, une pétition de 17 000 noms a été déposée à l'assemblée par un député péquiste, je me demande ce que ça va prendre de plus à Mme Marois avant d'agir? », se demande Françoise David, députée de Gouin. « L'inquiétude des citoyens et des citoyennes doit elle aussi être entendue et respectée face à cette technologie. Le principe de précaution doit s'appliquer. Nous avons un devoir de prudence », poursuit-elle.

 

COMPTEURS: Hydro-Québec veut réduire les pénalités - 22 novembre 2013

Devant la contestation liée à l'implantation de ses nouveaux compteurs, Hydro-Québec veut réduire les frais associés au refus de l'appareil. La société d'État demande ainsi à la Régie de l'énergie une autorisation, afin qu'elle puisse diminuer la pénalité pour les clients qui ne souhaitent pas que soit installé un compteur de nouvelle génération à leur résidence.

 

UNION DES CONSOMMATEURS : Demande de moratoire sur l'installation de compteurs intelligents Lettre à la ministre Martine Ouellet - 20 novembre 2013

(...) Nous sommes très préoccupés par la façon dont ce dossier est géré à l'heure actuelle par Hydro-Québec: s'en dégage une impression d'opacité et de gestion faisant fi des intérêts de ses clients. Par exemple, le fait qu'Hydro-Québec minimise grandement l'opposition citoyenne envers ces compteurs, en ne comptabilisant pas, dans ses rapports de suivi à la Régie de l'énergie (2), les avis de non-consentement et les mises en demeure reçus. (...) Nous sommes préoccupés par l'impact de ces nouveaux compteurs sur la santé. Ces compteurs émettent et reçoivent des ondes en moyenne toutes les 20 secondes, 24 heures sur 24. En plus, des routeurs et des antennes-relais seront installés partout au Québec, ajoutant à l'accumulation des ondes électromagnétiques. La littérature mentionne que les ondes pulsées émises par les compteurs « intelligents » ne se comparent pas aux ondes non pulsées émises par les autres appareils disponibles sur le marché (téléphones portables, etc.) : elles seraient en effet intermittentes et très puissantes (on parle d'effet coup de fouet).

 

Les effets nocifs des compteurs intelligents reconnus - 13 novembre 2013

Un médecin de famille australien vient de documenter rigoureusement 92 cas de patients atteints de symptômes d'électrosensibilité survenus après l'installation d'un compteur d'électricité émettant des radiofréquences (RF). Première mondiale, l'étude de cas de la Dre Federica Lamech est « scientifiquement valide » et « montre clairement les effets néfastes des émissions de compteurs intelligents sur la santé de la population humaine », concluait le 23 octobre le conseil d'administration de l'American Academy of Environmental Medicine (AAEM). - Pour lire le communique : Étude de cas-témoins liés aux compteurs intelligents - L'AAEM réclament notamment « Un moratoire sur le déploiement des compteurs et la mise en place d'une technologie plus sécuritaire. »

 

Si les compteurs intelligents m'étaient contés - 25 octobre 2013

Les compteurs intelligents, c'est l'histoire de l'heure au Québec. Un groupe de fourmis qui tente de crier haut et fort pour se faire entendre par un monopole géant, voilà un peu l'image entourant la question. Pourquoi tant de difficulté à voir la problématique d'en face? À la base, c'est bien simple: l'interférence des ondes avec le corps humain est tout à fait invisible. Tout comme nous ne pouvons pas « voir » l'air ambiant que nous respirons, nous ne pouvons pas percevoir, avec nos yeux, les ondes qui parcourent l'environnement. Si nous le pouvions, nous verrions une véritable toile d'ondes, incluant les ondes des radios, des différents postes de télévision, des antennes de cellulaire, de l'internet sans fil, etc.

 

Compteurs «intelligents» : la ministre Martine Ouellet fait face à de nombreux citoyens inquiets - 17 octobre 2013

Le 5 octobre dernier, Mme Martine Ouellet, députée de Vachon et ministre des Ressources naturelles, a pris d'importants engagements devant près de soixante-dix (70) citoyens venus la rencontrer à Longueuil, lors d'un événement «Portes ouvertes» à la Maison du citoyen, afin de lui faire part de leurs inquiétudes, de leurs doléances et de leur opposition résolue face à l'actuel déploiement par Hydro-Québec de millions de compteurs à radiofréquences pulsées. Voici quelques-uns des points soumis alors à l'attention de la ministre.

 

Longueuil demande à Hydro-Québec de surseoir à l'installation de ses compteurs intelligents - 18 septembre 2013

Le conseil de ville a adopté mercredi une résolution réclamant qu'Hydro-Québec cesse sur son territoire l'installation de ses nouveaux compteurs intelligents. Il propose du même coup la mise en place d'un projet pilote pour l'installation d'un autre type de compteurs dont les émissions de radiofréquences seraient réduites.

 

Compteurs intelligents : les opposants poursuivent leur combat et exigent un moratoire - 28 août 2013

LONGUEUIL - Le mouvement d'opposition aux compteurs de nouvelle génération d'Hydro-Québec prend de l'ampleur à Longueuil. Les opposants réclament à nouveau, haut et fort, que la Ville de Longueuil adopte un moratoire pour interdire leur déploiement d'ici, au moins, à ce que les conclusions de toutes les études d'impacts sur la santé soient connues. (...) Le citoyen Jonathan Harvey, technicien en informatique, a témoigné qu'en raison de son travail, il était durant de longues périodes exposé aux ondes, ce qui pouvait expliquer le fait qu'il éprouvait des difficultés à dormir. «Je trouve inconcevable de nous imposer une nouvelle source de micro-ondes sans notre consentement et j'exige du conseil municipal d'imposer à Hydro-Québec un moratoire sur le déploiement des compteurs intelligents.» Charles Lemieux, qui réclame également un moratoire, demande au gouvernement du Québec de décréter une véritable enquête sur les impacts des compteurs de la nouvelle génération. « Il y a 50 ans, on disait que fumer c'était bon pour la santé. Et pourtant !»

 

L'électrosensibilité reconnue en Allemagne et en Australie - 19 août 2013

Tous les mois, des découvertes scientifiques et des mises en garde émises par des scientifiques réputés militent en faveur de la réduction de la surexposition du public aux champs électromagnétiques (CEM), dont les micro-ondes et autres radiofréquences (RF) pulsées par les antennes et les appareils sans fil. Et le débat se déroule de plus en plus dans les arènes politique et juridique. Comme une digue qui fuit de partout, l'industrie du sans fil est en train de perdre son contrôle de l'information (en fait de la désinformation) sur les effets sanitaires des RF. L'érosion du faux consensus sur leur prétendue innocuité est de plus en plus manifeste. (...) le déni de la réalité a fait son temps. CLIP - De nombreux liens sont fournis au bas de cet article.

 

Les toxines des moisissures multipliées par 600 sous l'effet des radiofréquences - 16 août 2013

Des chercheurs suisses ont laissé des cultures de moisissures exposées aux champs électromagnétiques (CEM) ambiants. Elles ont produit 600 fois plus de toxines - et les formes les plus virulentes - que lorsque les cultures étaient blindées des CEM. Le Dr Klinghardt et d'autres chercheurs soupçonnent que cela pourrait favoriser la survenue de problèmes neurodéveloppementaux chez les enfants. Ils craignent que les CEM ne stimulent des infections asymptomatiques chez les femmes enceintes, les radiations favorisant l'apparition de biotoxines altérant la structure génétique du foetus.

 

Vidéo : les effets des compteurs intelligents sur la santé - 6 août 2013 - Entrevue en anglais

Les radiations émises par un compteur intelligent sont 30 fois plus élevées que celles émises par un cellulaire, selon les mesures de la texane Laura Pressley, docteure en chimie physique. Dans leur sommeil, elle et son mari subissaient de petites secousses des jambes aux 25 secondes, soit à chaque fois que leur compteur pulsait des radiofréquences et micro-ondes. Symptômes qui ont disparu quand les émissions du compteur ont été désactivées par leur compagnie d'électricité.

 

Compteurs intelligents : «Hydro-Québec doit offrir la possibilité de refuser sans pénalité financière» - 7 juin 2013

En marge d'une conférence de presse organisée par le mouvement citoyen «Refusons les Compteurs», Andrés Fontecilla, président et porte-parole de Québec solidaire, a demandé à Hydro-Québec d'appliquer la recommandation de l'Assemblée nationale en offrant la possibilité aux usagers de refuser la mise en place des compteurs intelligents sans pénalité financière. Il a également mis en cause l'information partielle donnée par la société d'État aux citoyens et citoyennes sur les conséquences possibles sur la santé de ces appareils à émission constante de radio-fréquences.

 

Champs électromagnétiques : douze façons de se protéger - 2 juin 2013

Nous avons donc demandé à l'experte canadienne Magda Havas de nous décrire les mesures pratiques de protection à mettre en priorité.

 

Le principe de précaution face à l'exposition à un électrosmog grandissant - 25 mai 2013

(...) Pour André Bélisle, président de l'AQLPA, «il est insensé de continuer à multiplier les sources d'émissions d'ondes électromagnétiques artificielles alors que des milliers d'études scientifiques en appellent au principe de précaution et à la diminution de notre exposition. Rappelons qu'aucune étude n'a porté sur les effets sanitaires des compteurs, à travers le monde. Écoutons ce que les chercheurs du domaine de la santé ont à dire et ce que les citoyens ont à témoigner avant de prendre des décisions qui pourraient potentiellement avoir des conséquences graves». (...) Selon Michel Gaudet, vice-président de  l'ASEQ, «environ 600 de nos membres souffrent d'hypersensibilité électromagnétique, condition qui souvent chevauche les autres hypersensibilités, comme l'hypersensibilité chimique multiple, ainsi que la fibromyalgie et la fatigue chronique».

 

Qu'est-ce qui fait brûler certains compteurs intelligents? - 17 mai 2013

Dans plusieurs pays, des électroménagers ont été endommagés après l'installation d'un compteur intelligent qui, dans certains cas, a même pris feu et endommagé la maison. Les victimes se sont fait dire par les compagnies d'électricité qu'elles étaient responsables de s'assurer de la sécurité du câblage sous le socle dans lequel le compteur est branché. (...) Mais selon l'opposant Brian Thiesen, de l'organisme Interior Smart Meter Awareness, les feux seraient causés par des arcs électriques dus, entre autres, à une mauvaise installation, et par les constantes vibrations ainsi que la corrosion accélérée provoquées par les milliards de pulsations filaires et aériennes de micro-ondes émises et captées annuellement par les compteurs intelligents. La Fraternité internationale des ouvriers en l'électricité estime d'ailleurs que les incendies étaient dus à l'inexpérience des installateurs embauchés au lieu d'électriciens. NOTE : Pour en savoir plus voir Des compteurs qui prennent feu et Smart Meter Fires and Explosions

 

Présentation publique d'Hydro-Québec sur les compteurs intelligents - 8 mai 2013

Le 4 avril dernier, Hydro-Québec espérait donner une présentation pour rassurer les citoyens de Lachine sur le déploiement des compteurs intelligents. Les citoyens ont été indignés par les réponses incohérentes et faussées des représentants d'Hydro-Québec et de la Santé Publique. C'est haut et fort qu'ils ont crié à leurs élus qu'ils désiraient un moratoire. Suite à cette séance, le conseil de ville de Lachine a voté un moratoire sur le déploiement des compteurs, emboîtant le pas aux 14 autres municipalités ayant fait de même au cours de la dernière année. NOTE: Au 29 novembre 2013, il y avait 38 municipalités québécoises qui avaient adopté des résolutions appuyant les demandes des opposants, soit un moratoire ou la gratuité du droit de retrait.

 

Résolution de Potenza Picena signée par 12 experts scientifiques  - 20 avril 2013

(...) La littérature scientifique permet de conclure que des effets biologiques sur la santé peuvent survenir à la suite d'un exposition de faible intensité, et une exposition chronique peut rendre un organisme vivant plus sensible à l'effet des champs électromagnétiques; (...) Des normes de sécurité plus strictes pour les CEMS doivent donc être adoptéee par les gouvernements et les organismes de santé publique parce que les normes actuelles sont obsolètes et ne sont pas basées sur la littérature scientifique récente relativement à leurs effets biologiques. En vertu du principe de précaution, les sources de radiofréquences devraient être réduites au niveau le plus bas possible, car pour le moment il n'est pas possible d'établir une limite de sécurité sous laquelle aucun effet biologique ne peut être observé.

 

Alerte de l'Académie américaine de pédiatrie - 16 janvier 2013

Nouvelle alerte : l'Académie américaine de pédiatrie plaide en faveur d'une meilleure connaissance des risques de l'exposition aux radiofréquences pour les enfants et à une meilleure information du public sur ces risques. (...) « Les effets sur la santé des rayonnements des téléphones cellulaires sont potentiellement dangereux pour tous les utilisateurs, mais les enfants sont parmi les plus vulnérables comme le notent les médecins dans la lettre. »

 

Protégez-Vous n'a pas tout dit - 11 janvier 2013

À la suite de la diffusion récente par Protégez-Vous d'une étude effectuée par l'École Polytechnique de Montréal sur l'exposition des Québécois aux champs électromagnétiques (CEM), le regroupement Estrie refuse estime que Protégez-Vous fait malheureusement la courroie de transmission d'organismes qui alimentent le déni concernant la nocivité des CEM.

 

Le sans fil : une grave menace pour la santé infantile, selon le rapport BioInitiative 2012 - 8 janvier 2013

Quelque 1 800 études scientifiques publiées dans le monde entier au cours des cinq dernières années suggèrent que notre surexposition aux champs électromagnétiques (CEM) de faible intensité présente une grave menace pour la santé publique, selon un nouveau rapport signé par 29 experts indépendants qui réclament de toute urgence l'établissement de normes d'exposition basées sur la biologie. Autisme, hyperactivité, problèmes d'apprentissage, de mémoire et de comportement, cancers du sang, du sein et du cerveau, infertilité, fausses couches, insomnie, allergies, maladies inflammatoires, électrosensibilité, maladies neurologiques et cardiaques, etc. : les jeunes enfants, les futurs parents et les femmes enceintes qui sont exposés quotidiennement aux radiofréquences (RF), comme les micro-ondes émises par les téléphones cellulaires et autres appareils sans fil, sont particulièrement à risque de contracter ces problèmes de santé, selon le nouveau rapport BioInitiative 2012.

 

Compteurs intelligents : une « taxe santé » contestée - 13 décembre 2012

Gaétane Boucher a tout perdu : sa famille, sa maison, son travail. Lorsqu'elle habitait Granby, en Estrie, cette ancienne dessinatrice industrielle souffrait constamment de violents maux de tête, d'engourdissements, de pertes d'équilibre ainsi que de problèmes de vision et de mémoire qu'elle a liés à une surexposition aux champs électromagnétiques (CEM). (...) Sa santé a périclité après qu'Hydro-Québec y a fait installer un compteur numérique de première génération, de marque Itron, dont se plaignent plusieurs Québécois devenus intolérants aux CEM. Depuis huit ans, quelque 800 000 habitations québécoises ont été équipées de ces appareils, qui transmettent des RF pour permettre la lecture à distance de la consommation électrique.

 

Compteurs intelligents : la goutte d'électrosmog qui fait déborder le vase - 16 septembre 2011

« Insomnie, maux de tête, nausée, anxiété, confusion, irritabilité excessive, fatigue extrême, hypertension artérielle et vertiges. Ces symptômes s'intensifient si je passe trop de temps près du nouveau compteur "intelligent". » (...) Pierre est relativement chanceux car il vit à la campagne. En ville, il risquerait d'être fortement incommodé par les micro-ondes émises par les compteurs et autres appareils sans fil de ses voisins, sans parler des antennes de cellulaire, de télévision, de radio ou de radar érigées dans son quartier. Dans un monde où les sources de CEM ne cessent d'augmenter, particulièrement en milieu urbain, de plus en plus de gens développent des symptômes d'électrosensibilité qui sont graves chez 3 à 6 % de la population, selon magdahavas.com. C'est notamment pourquoi des milliers de personnes s'opposent à l'imposition des compteurs intelligents.

 

Les Québécois, champions des cancers liés à l'électrosmog - 19 janvier 2011

Les Québécois occupent le premier rang au pays, sinon au monde, des peuples exposés aux champs magnétiques émis par le courant électrique, et ils affichent les taux les plus élevés au Canada pour trois types de cancers soup- çonnés d'être causés notamment par cette forme de pollution. Selon l'Agence fédérale de santé publique, les Québécois, tous groupes d'âges confondus, présentent le plus haut taux d'incidence des cancers du cerveau et du sein, ainsi que de la leucémie lymphocytaire aiguë qui est également le cancer qui affecte le plus les enfants. D'ailleurs, c'est aussi au Québec que l'on retrouve l'inci- dence globale de cancer la plus élevée au pays chez les enfants de 0 à 9 ans. Et c'est sans parler de nos autres records canadiens, notamment en matière de suicide. Bien que non concluantes, diverses études ont lié l'exposition aux champs électromagnétiques (CEM) à la dépression.