SCIENTIFIC COVER-UP AT THE HIGHEST LEVELS

picture

Note : La Société royale du Canada – qui avait été mandatée par Santé Canada pour vérifier si, à la lumière des plus récentes découverts scientifiques, les seuils limites d'exposition aux micro-ondes recommandés dans son archi désuet Code de sécurité 6 sont toujours appropriées – n'est pas le seul organisme à refuser de considérer les conclusions scientifiques allant à l'encontre des intérêts de l'industrie des télécommunications (voir au http://www.c4st.org/HCSubmissions et au http://www.c4st.org/RSCREPORT-SC6 la virulente critique du rapport bidon produit par la SRC et lire ou relire ci-après Le pouvoir ultime de l'industrie par le Pr Paul Héroux). La même pratique immorale a cours en Europe...


Tiré de http://thefullertoninformer.com/scientific-cover-up-at-the-highest-levels/

(également disponible ICI)

SCIENTIFIC COVER-UP AT THE HIGHEST LEVELS

By Susan Foster

IS THERE A SCIENTIST IN THE EUROPEAN COMMISSION’S SCENIHR & THE WORLD HEALTH ORGANIZATION WHO IS SUPPRESSING LENNART HARDELL’S SCIENCE?

In May 2011 the World Health Organization’s cancer committee, IARC, voted to classify the RF – EMF Spectrum as a 2B or “possible human carcinogen.” Worldwide attention was once again focused on the possible cancer causing effects of RF (microwave) radiation, yet in the three years since the 2B classification, two divergent paths have been taken with respect to the science focusing on cell phones and brain tumors.

On one hand, the Hardell Group from Sweden led by oncologist Dr. Lennart Hardell published five more studies in 2013 – for the first time looking at over 20 years of data. As a result of these findings Dr. Hardell has called for an urgent upgrading of the classification of RF – EMF from 2B to Group 1 – a known human carcinogen. If IARC were to accept Dr. Hardell’s recommendation, RF – EMF would then be placed in the same carcinogenic category as tobacco and asbestos.

On the other hand, there appears to be a back-room effort to ignore, denounce and bury Dr. Hardell’s newest science by two highly recognized groups, the World Health Organization and SCENIHR, the European Commission’s Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks.

Susan Foster, on behalf of the UK’s Radiation Research Trust, has discovered that one man appears to be responsible for the attemptedsuppression of what is arguably the best epidemiological research in the world on cell phone usage and its correlation to gliomas and acoustic neuromas. This science could threaten a multi-trillion dollar industry; thus the stakes could not be higher – for corporate profits, yet more importantly, for the health of people all over the world.

In her letter of May 8, 2014 to the European Commission’s John Ryan, Acting Director of the European Commission’s Health and Consumers division, Susan Foster accuses SCENIHR of scientific misconduct. She further asks for a thorough review of the process whereby science was selected for SCENIHR’s Preliminary Report. SCENIHR had been given the charge of reviewing the present RF – EMF safety limits affecting over 500,000,000 European citizens.

“This is not ‘independence’ on SCENIHR’s part,” states Susan Foster. “This is scientific misconduct. SCENIHR is claiming to be something it is not, and hundreds of millions of lives are at stake as well as the ability to impact standards worldwide, albeit indirectly.”

Susan Foster joins Eileen O’Connor, Director of the UK’s Radiation Research Trust, Cindy Sage, co-author of The BioInitiative Reports, Swedish investigative journalist and Chairman of the Swedish Radiation Protection Foundation Mona Nilsson, as well as Blake Levitt and Henry Lai in demanding a new unbiased evaluation of health risks from RF - EMF by SCENIHR.

CLIP - On peut également lire dans la lettre de Susan Foster à John F. Ryan :

"This is not “independence” on SCENIHR’s part. This is scientific misconduct. SCENIHR is claiming to be something it is not, and hundreds of millions of lives are at stake as well as the ability to impact standards worldwide, albeit indirectly."

Parmi les nombreux commentaires, on peut lire:

"Brain tumors are the tip of the iceberg. By the time young children realize what has been done to them by their 10 or 15 years of wireless exposure at school, it will already be too late. This is nothing short of a criminal conspiracy."

Voici ce que Martin Weatherall a écrit à ce sujet:

Susan Foster recently sent me the attached letter about the SCENIHR EMF report, which she sent to the European Union Ombudsman. It documents a very serious attempt to corrupt scientific knowledge about the known dangers of cell phones, wireless devices and our exposure to microwave radiation. After reading this important letter, I searched for more information about this report and found several other very strong scientific rebuttals which are linked below.

This corruption of science is placing hundreds of millions of people in great danger and it must not be allowed to be ignored. I ask that you all use this evidence to tell others about this situation and raise the alarm. The information is suitable to be sent to the press, politicians, health specialists, parents and concerned citizens. Hopefully, if we spread this information, we may see the alarm raised and action taken.

Pour en savoir plus...

The Flawed Report
http://ec.europa.eu/health/scientific_committees/emerging/docs/scenihr_o_041.pdf

BioInitiative Working Group Comments on 2014 SCENIHR Preliminary Opinion on Potential Health Effects of EMF
http://www.bioinitiative.org/potential-health-effects-emf/

Very problematic SCENIHR Report By Dariusz Leszczynski
http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/03/07/very-problematic-scenihr-report/

Call for an overhaul of SCENIHR membership
http://betweenrockandhardplace.wordpress.com/2014/05/09/call-for-an-overhaul-of-scenihr-membership/

Industry bias exposed in SCENIHR's scientific assessment From Eileen O‚Connor, UK Radiation Research Trust
http://emfrefugee.blogspot.ca/2014/05/breaking-news-industry-bias-exposed-in.html

Letter to Minister of Health, Government of Canada By David Carpenter MD
http://www.albany.edu/ihe/assets/Ambrose.pdf

Letter from the Swedish Radiation Protection Foundation
http://www.milieuziektes.nl/Rapporten/scenihr_swerad_16042014_final.pdf

500 million citizens are relying on SCENIHR: Is Science Being Hidden from the Public? - Eileen O'Connor on SCENIHR
http://bit.ly/1o7CAlT
(...) The Hardell Group published five ground breaking studies in 2013, all of which have been ignored by SCENIHR in their report. The Hardell studies are the first to correlate mobile phone usage with incidences of brain tumours over a 20+year period of time, longer than any other epidemiological studies. They found a clear correlation between cell phone usage and two types of brain tumours, acoustic neuromas and the deadliest of all brain cancers, gliomas. Yet this startling risk of brain tumours was not only ignored, but denigrated by members of SCENIHR, the irony being IARC — the World Health Organization’s cancer committee — accepted Hardell’s science prior to 2013 for consideration when the IARC scientists almost unanimously voted for the 2B “possible carcinogen to humans” classification for the entire RF – EMF Spectrum. Joachim Schüz, Head of IARC’s Section of Environment and Radiation, promoted the Danish study while criticising Haredell’s publications. Eileen O’Connor reminded him that the highest court in Italy favoured Hardell’s study over the 2010 Interphone Studies, which had failed to find a similar correlation. She also reminded him that the Italian court considered Hardell’s studies more reliable and independent than the Interphone study which had been part funded by the mobile phone industry.

(...) Eileen O’Connor held the five Hardell papers missing from SCENIHR’s report up high for all to see and called for them to be included within the SCENIHR review. Reading the conclusion from one of the papers she said “Conclusions Based on Hill’s viewpoints and his discussion on how these issues should be used, the conclusion of this review is that glioma and acoustic neuroma are caused by RF-EMF emissions from wireless phones. According to the IARC Preamble (54), the classification should be group 1, i.e., “the agent is carcinogenic to humans”, and urgent revision of current guidelines for exposure is needed.” CLIP

SCENIHR's credibility problem – again!
http://bit.ly/1py6ejN
(...) “…Scientific Committee on Emerging and Newly Identified Health Risks (SCENIHR) member Dr Kjell Hansson Mild has exposed control of science within the SCENIHR group. SCENIHR excluded many studies from the latest scientific review, including five studies by the Hardell Group, published in 2013. Dr. Mild was a co-author with Dr. Hardell. At the same time SCENIHR excluded Dr. Hardell’s and Dr. Mild’s key scientific papers, they promoted Dr. Mild’s participation in SCENIHR as giving balance and transparency to this process. These studies from the Hardell Group are the longest studies on mobile phones and brain cancer. Of even greater significance is Hardell’s conclusion that the proof of mobile phones causing an increase in gliomas — the deadliest of brain tumours, and acoustic neuromas tumours on the auditory nerve. The SCENIHR Report fails to do a thorough review of hundreds of papers on non-ionizing electromagnetic fields (EMF) and biological health effects, and excludes literally hundreds of papers containing new information in the field concerning adverse EMR impacts…”. It is an interesting read on how science, industry, politics and health policy intermingles in yet another exercise of “cherry picking”

Kjell Hansson Mild on SCENIHR EMF
http://bit.ly/1qlM5mi
(...) These later studies from the Hardell group strengthen the association between use of mobile and cordless phones and malignant brain tumours (mostly glioma) and acoustic neuroma, whereas the results for meningioma are inconsistent of an association. According to my opinion, the epidemiological section in SCENIHR has fatal flaws that need to be corrected. CLIP

---

En complément, voir...

Corrompus jusqu'à la moelle (également disponible sur Amazon.fr)
Les mémoires d'un scientifique de Santé Canada qui a choisit de sonner l'alarme
Le cancer de la corruption par les grandes sociétés de la science et de la réglementation en matière de sécurité constitue de plus une menace sérieuse pour la santé publique, tant nationale qu'internationale. Le présent livre décrit comment un scientifique de premier plan a été témoin d'une telle corruption. Son courage d'écrire injecte une dose de résistance dans tous ceux et celles qui se soucient de l'intégrité scientifique, de l'indépendance de la réglementation gouvernementale de l'influence des grandes entreprises et de la protection des citoyens contre des aliments et des médicaments dangereux.

Doubt is Their Product: How Industry's Assault on Science Threatens Your Health

Bending Science : How Special Interests Corrupt Public Health Research

Biologic Effects & Health Hazards of Microwave

Note de Jean : Le réputé professeur Olle Johansson du Suède a parfaitement illustré le propos de cette mini-compilation sur la traîtrise abjecte des scientifiques mercenaires et de leurs patrons industriels et gouvernementaux dans une entrevue réalisée en 2001 (MYSTERY IN THE SKIN. Screen dermatitis, the effect of computer work on human skin) dont voici un court extrait :

"In the case of ‘protection from exposure to electromagnetic fields’, it is of paramount importance to act from a prudence avoidance/precautionary principle point of view. Anything else would be highly hazardous! Total transparency of information is the key sentence here. I believe consumers are very tired of always having the complete truth years after a certain catastrophy already has taken place. It shall be noted, that today's recommendation values for mobile telephony, the SAR-value, are just recommendations, and not safety levels. Since scientists observe biological effects at as low as 20 microWatts/kg, is it then really safe to irradiate humans with 2 W/kg (i.e., with 100.000 times stronger radiation!), which is the recommendation level for us? And, furthermore, it is very strange to see, over and over again, that highly relevant scientific information is suppressed or even left out in various official documents, as high up as at the governmental level of society. This is not something that the consumers will gain anything good from, and, still, the official declaration or explanation (from experts and politicians) very often is: ‘If we (=the experts) would let everything out in the open, people would be very scared and they would panic.’ Personally, I have never seen this happen, but instead I have frequently seen great disappointment from citizens who afterwards have realized they have been fooled by their own experts and their own politicians...

Another misunderstanding is the use of scientific publications (as the tobacco industry did for many years) as ‘weights’ to balance each other.

But you can NEVER balance a report showing a negative health effect with one showing nothing! This is a misunderstanding which, unfortunately, is very often used both by the industrial representatives as well as official authorities. The general audience, naturally, easily is fooled by such an argumentation, but if you are bitten by a deadly poisonous snake, what good does it make for you that there are 100 million harmless snakes around?"

Le Pr Johansson a également repris cette analogie fort éloquente, à propos de LA morsure d'un SEUL serpent mortel parmi 100 millions d'autres serpents inoffensifs, dans un document qu'il a soumis au Parlement britannique en février 2013 dont la lecture est aussi vivement recommandée. Voici ce qu'il y explique après avoir cité cette brillante analogie :

"In many commentaries, debate articles and public lectures—for the last 20–30 years—I have urged that completely independent research projects must be inaugurated immediately to ensure our public health. These projects must be entirely independent of all types of commercial interests; public health cannot have a price-tag! It is also of paramount importance that scientists involved in such projects must be free of any carrier considerations and that the funding needed is covered to 100%, not 99% or less. This is the clear responsibility of the democratically elected body of every country. Many smart meters are close to beds, kitchens, playrooms, and similar locations. These wireless systems are never off, and the exposure is not voluntary. The smart meters are being forced on citizens everywhere. Based on this, the inauguration of smart meters with grudging and involuntary exposure of millions to billions of human beings to pulsed microwave radiation should immediately be prohibited until ‘the red flag’ can be hauled down once and for all."

Plus haut dans sa présentation, il soulignait l'important point suivant qu'Hydro-Québec aurait été bien avisé de prendre en considération :

"The use of telephone lines (land-lines) or fiber optic cables for SmartGrid type energy conservation infrastructure is recommended. Utilities should choose options that do not create new, community-wide exposures from wireless components of SmartGrid-type projects. Future health risks from prolonged or repetitive wireless exposures of SmartGrid-type systems may be avoided by using fiber-optic cable. Energy conservation is endorsed but not at the risk of exposing millions of families in their homes to a new, involuntary source of wireless radiofrequency radiation, the effect of which on their health not yet known."


Note de Jean : En complément à ce qui précède, rappelons l'article-choc suivant, paru en février dernier, dans lequel un scientifique de grande réputation, le professeur Paul Héroux (qui a participé au Rapport BioInitiative 2012), révélait sans ambages la collusion profondément criminelle et répugnante qui existe entre les organismes réglementaires comme Santé Canada et l'industrie des télécommunications dont la survie financière dépend directement de la protection que lui accorde ces mêmes organismes, qui font passer les très, très juteux profits de ces entreprises-voyous loin, loin au-dessus de la santé de la population. Il décrit aussi bien candidement la culture d'entreprise foncièrement débile et irresponsable qui règne à Hydro-Québec qui, là encore, se fout é-p-e-r-d-u-m-e-n-t de la santé des gens, tout comme son petit caniche bien dressé (la Régie de l'énergie du Québec) d'ailleurs, pour n'accorder d'intérêt qu'à la vision technologique étroite de ses ingénieurs résolument ignares et décrochés de la réalité. Ce scientifique sera sans doute un excellent expert à faire témoigner en cour lorsque des recours devant les tribunaux seront enfin lancés contre Hydro-Québec. À noter qu'aucun des grands cartels de désinformation du Québec n'a daigné faire écho aux propos de ce scientifique incorruptible. Bravo à la journaliste Anny Champoux pour avoir eu le courage de lui accorder la parole...

Tiré de http://www.lavantage.qc.ca/Actualites/2014-02-05/article-3603841/Le-pouvoir-ultime-de-lindustrie/1

Le pouvoir ultime de l'industrie

Anny Champoux – 5 février 2014

Compteurs intelligents d'Hydro-Québec

Dans une entrevue accordée à Point de vue Laurentides, Paul Héroux, physicien à la tête du In Vitro Toxicology Laboratory de l'Université McGill, fait le point sur le pouvoir ultime d'Hydro-Québec dans son projet de compteurs de nouvelle génération.

« Maintenant, avec toutes les techniques de communications qui existent, ça n'a aucun sens d'envoyer les gens en automobile pour lire des compteurs », mentionne Paul Héroux, professeur à l'Université McGill de Montréal. On devrait les lire à distance, tel que propose Hydro-Québec. « Leur objectif est tout à fait louable et acceptable à mon avis », avoue-t-il. Ce qui n'est pas acceptable, selon M. Héroux, c'est que lorsqu'Hydro-Québec a mis en place les méthodes pour réaliser son projet, la société d'État n'a pas considéré les impacts possibles sur la santé.

« Pour la simple raison que dans sa culture interne, il n'y en a pas de ces impacts sur la santé. Donc, son système utilise beaucoup plus de radiations que ce qui est vraiment nécessaire pour être opérationnel », explique le scientifique

Selon lui, en modifiant légèrement les détails d'ingénierie, on pourrait régler le problème complètement. « En fait, il y a des gens à l'intérieur de l'industrie qui ont acquis des brevets pour montrer comment ça pourrait être fait », affirme M. Héroux. À la question « Est-ce que l'industrie utilisera ces brevets ? », il répond : « Pour eux, ce serait d'admettre qu'il y a des effets sur la santé et ce serait politiquement très dommageable pour eux. »

Domination de l'industrie

En parlant des enjeux des champs électromagnétiques, Paul Héroux souhaite que les gens comprennent que ce sont des batailles qui durent depuis 50 ans. « L'industrie domine les organisations qui produisent les standards. En d'autres termes, les gens qui donnent les recommandations sont soit des gens de l'industrie, soit des gens choisis dans le milieu scientifique qui partagent les mêmes opinions. »

Selon le physicien, beaucoup de publicité a été faite pour convaincre le public que les ondes électromagnétiques émises par les compteurs intelligents d'Hydro-Québec n'étaient pas biologiquement actives. « Il faut se mettre à la place des industries. Quand on investit énormément d'argent dans un système, ils ne veulent certainement pas se faire dire que les ondes électromagnétiques sont dommageables », mentionne-t-il.

Manipulation et fatigue intellectuelles

Il ajoute que dans le domaine scientifique, il est très rare que les chercheurs fournissent les mêmes réponses à une question. M. Héroux souligne qu'il est donc très facile pour l'industrie de favoriser la nomination sur son comité des gens qui sont d'accord avec elle. « Quand j'ai trouvé les données qui prouvent les effets des champs magnétiques sur la santé, pendant un certain temps, j'en ai perdu le sommeil. Je leur (l'industrie) ai dit que c'est terrible ce qui se passe. Ils m'ont répondu qu'il fallait que je m'habitue à ce genre de situation. »

« Qu'est-ce que je peux faire, moi ? », demande-t-il à voix haute, avant de répondre : « Je pourrais aller au comité qui émet les standards et leur expliquer. Mais le problème, c'est que j'ai déjà été moi-même sur ces comités-là et je sais exactement ce qui s'y passe. Parce qu'il y avait beaucoup d'individus avant moi qui avaient des données semblables aux miennes. Et ces individus-là, on les a poliment manipulés et fatigués. Puis ultimement, ils se sont rendu compte qu'ils devraient consacrer leur temps ailleurs. »

Du temps où M. Héroux travaillait à Hydro-Québec, il s'occupait notamment des problèmes de santé. « C'est aux environs de 1987 qu'HQ a décidé de faire une étude épidémiologique pour démontrer que les champs électromagnétiques ne donnaient pas le cancer. J'ai travaillé à réaliser un appareil pour cette étude-là. Même à cette époque, il y avait eu de petits conflits relativement à l'interprétation de ces résultats. Puis, les épidémiologistes de l'Université McGill avec qui j'ai travaillé m'ont proposé de passer de l'Hydro à McGill. J'ai accepté. »

Les entreprises dépendent du standard

« Hydro-Québec ne va pas installer des appareils qui sont illégaux », reprend Paul Héroux. Il explique que le standard déterminé par le gouvernement fédéral - le Code 6 - lui donne la permission d'utiliser l'intensité électromagnétique de ces champs.

Selon l'enseignant universitaire, le gouvernement n'a pas les moyens financiers d'évaluer les effets des ondes électromagnétiques sur la santé : « Ce qu'il fait, c'est qu'il recourt à une poignée d'employés qu'il envoie à des conférences aux États-Unis. Ces gens-là reviennent et adoptent le même standard que celui des Américains, en y apportant de légères modifications pour donner l'impression qu'on est souverains. Mais en réalité, tous leurs standards sont copiés sur le standard C95.1. »

Il détaille la manœuvre à long terme: « L'industrie ne va pas relâcher son contrôle sur la question des effets des champs électromagnétiques sur la santé, puisque pour elle, si jamais c'est su – qu'elle a généré du cancer ou des dommages au cerveau - imaginez ce qui va se produire! »

L'ex-employé d'Hydro-Québec précise que la seule solution qui est acceptable pour la l'industrie, c'est que le standard ne change pas. « S'il bouge, ils (l'industrie) sont morts! Les entreprises dépendent de ce standard-là. »

Finalement, ce qui se passe selon le professeur, c'est que l'industrie domine les comités qui déterminent les standards. Elle met en place des individus qui mettent beaucoup d'emphase sur les résultats qui confirment ce qu'elle veut et elle discrédite les résultats qui ne lui sont pas favorables. « C'est un processus d'érosion intellectuelle qui fait que le standard ne bouge jamais. Quand il bouge, c'est pour accommoder les besoins de l'industrie, pour rendre ses installations légales », de conclure Paul Héroux.

Voir aussi...

Radiofréquences : le professeur Paul Héroux témoigne (11 juillet 2014)
https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/radiofrequences-le-professeur-paul-heroux-temoigne.html
Le professeur Paul Héroux, directeur du programme de santé au travail à la faculté de médecine de l’Université McGill, affirme dans une vidéo soumise à Santé Canada le 3 juillet que les lignes directrices canadiennes sur l’exposition aux radiofréquences sont inadéquates pour protéger la santé publique. Avec son étudiante Ying Li, il a découvert dans son laboratoire que de très faibles champs magnétiques domestiques (fréquence 60 Hertz) provoquent des changements métaboliques qui peuvent causer des cancers, du diabète et des maladies neurologiques, en plus de rendre les tumeurs plus malignes, notamment en arrachant des chromosomes aux cellules. « Nous sommes convaincus que cela se réflétera dans les taux de cancer », dit-il. Ces effets se produisent à des niveaux d’exposition qui sont des milliers de fois inférieurs aux limites suggérées par le Code de sécurité 6 que les provinces ont le loisir d’adopter ou non. Paul Héroux croit que ces effets sont aussi causés par les radiofréquences jusqu’à 10 gigahertz ou davantage. Ce toxicologue rappelle que des pays comme la Russie ont déjà adopté des lignes directrices 100 fois plus sévères que le Code de sécurité 6. Voici son étude effectuée sur des cellules cancéreuses humaines : Extra-Low-Frequency Magnetic Fields alter Cancer Cells through Metabolic Restriction

Voici comme il résumait, le 16 juillet 2014, ce qu'il a découvert...

"I'm Paul Héroux, a Professor of Toxicology and Health Effects of Electromagnetism at the Faculty of Medicine, McGill University, in Montreal, Canada. Recent work in my laboratory has uncovered a mechanism by which extra-low-frequency magnetic fields interact with unstable molecular structures such as hydrogen bridges, altering the ability of protons to tunnel from one molecule to another. How this plays out in practice is that the reaction rates of certain enzymes can be altered by magnetic fields at very low intensities such as 25 nT, comfortably within the range of everyday exposures. This has not been found out until now mainly because the effect, although disruptive to the cell, does not increase quickly with field intensity, and drives an adaptation of the cell to the radiation. Metabolism is altered because one enzyme, ATP Synthase, is particularly vulnerable: the ratio between glycolysis and redox metabolism is changed. The mechanism we uncovered is likely to act not only at low frequencies, but also extending to microwave frequencies, implicating all broadcasting and radiating telecommunications systems. So, electromagnetic radiation may impact chronic disease rates such as cancer, diabetes and neurological disorders." Tiré d'ICI où ce résumé a suscité 1495 commentaires, dont plusieurs proviennent manifestement de gens très sceptiques.

Liste de rapports d'études (1990-2014) sur les effets biologiques des radiofréquences et des radiations de micro-ondes émises par les téléphones cellulaires – et donc par les compteurs 'intelligents' dont les émetteurs/récepteurs sont identiques à ceux des téléphones cellulaires. (606 pages)
http://www.bioinitiative.org/report/wp-content/uploads/pdfs/RFR-11_28-research-summary.pdf

Radiofrequency Radiation Free Radical Studies - Updated March 2014 http://www.bioinitiative.org/report/wp-content/uploads/pdfs/RFR-free-radical-abstracts.pdf
106 études - Effets observés dans 93 études (88%) alors que dans 13 études (12%) on a relevé aucun effet.

Des MILLIERS d'autres études scientifiques probantes et incriminantes sont disponibles ICI.


Ceci complète également le tableau de tout ce qui est révélé ci-dessus...

Tiré de https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/les-mefaits-des-ondes-radio-documentees-par-la-nasa-en-1981.html

Les méfaits des ondes radio reconnus par la NASA en 1981

Sosthène Berger - 24 avril 2014

Dès 1981, l’essentiel des dangers liés à l’exposition des organismes humains aux radiofréquences micro-ondes étaient connus et recensés explicitement par l’agence spatiale américaine (NASA), dans son rapport Electromagnetic Field Interactions with the Human Body : Observed Effects and Theories (Interactions des Fréquences électromagnétiques avec le corps humain : Effets observés et théories). Ceci y compris les symptômes de l’électrohypersensibilité (EHS) qui ne sont toujours pas connus par l’essentiel des médecins, ni reconnus par nos autorités, 33 ans plus tard!

Ce qui est remarquable dans ce rapport est qu’il recense les effets physiologiques des radiofréquences sur les humains – à l’exclusion des animaux -, dans des densités de puissances faibles et dites athermiques. Aujourd’hui encore, nos autorités et les acteurs de la téléphonie mobile réfutent qu’il puisse y avoir des effets physiologiques en dehors des densités de puissances dites thermiques.

D’autre part, ce document voulait contribuer à éliminer une confusion mondiale concernant les limites d’expositions à ces radiofréquences micro-ondes. Ce fut en vain car aujourd’hui encore, les limites d’expositions sont basées sur les effets thermiques d’une irradiation unique de 6 minutes qui ne devait pas compromettre la vie d’un sujet sain, alors que nous sommes irradiés en permanence 24 sur 24 et 7/7, y compris nourrissons, enfants, femmes enceintes, personnes malades et âgées.

Le rapport de la NASA donne même une ébauche d’explications du processus d’initiation de cancers suite à l’exposition prolongée aux radiofréquences en évoquant une asphyxie des cellules suite à une fuite des électrons hors des cellules due à l’irradiation aux fréquences électromagnétiques.

Voici de manière plus détaillée des extraits du document. 

Par exemple, le tableau 11 résume les effets perçus par des personnes travaillant dans des champs électromagnétiques de fréquences radio, ce qui est le cas d’une très large majorité d’entre-nous aujourd’hui avec les téléphones portables, sans fils DECT, Wi-Fi, BlueTooth etc.

Céphalées, fatigue oculaire, vertiges, troubles du sommeil nocturne, somnolences diurnes, irritabilité, sentiments de peur, tension nerveuse, dépression, troubles de la mémoire, réactions hypocondriaques, insociabilité, douleurs musculaires et aux alentours du cœur, difficultés respiratoires, transpiration des extrémités augmentée, difficultés sexuelles.

Quant à elles, les manifestations cliniques énoncées dans le tableau 12 sont : bradycardie, hypertension, perturbation du processus endocrinien, hyperactivité de la glande thyroïde, épuisement du système nerveux central, sensibilité diminuée de l’odorat, augmentation de l’histamine sanguin, perturbation du processus endocrinien, avec plaintes de fatigabilité augmentée, maux de tête périodiques ou constants, irritabilité extrême, somnolence au travail.

Dans le tableau 14, en plus de certains effets déjà recensés, on trouve en outre : dysfonctionnements du système nerveux central végétatif,  pathologie liées à la thermorégulation,  modifications cardiovasculaires, élévation du cholestérol, gastrites et ulcères, désordres électroencéphalographiques, hypotension, hypertension, maladie des micro-ondes (EHS), élévation de la glycémie à jeun, etc.

Le tableau 15, en sus de certains des effets précédents, montre aussi tout un panel d’effets sur la formule sanguine : diminution des érythrocytes, des leucocytes, augmentation des lymphocytes, des thrombocytes, etc.

Le déclin de la qualité du sperme qui fait beaucoup parler de lui aujourd’hui était déjà évoqué dans le tableau 16 dans les termes suivants : une diminution de la fonction sexuelle et de la spermatogenèse ainsi que des modifications de la chimie des protéines sanguines et des changements chromosomiques des leucocytes.

Danger de mort subite du nourrisson, effets neurasthéniques, fertilité mâle diminuée, et promotion du cancer sont répertoriés dans le tableau 18.

La figure 15 montre qu’après 10 ans d’exposition, 50 à 60 % des personnes exposées sont victimes de céphalées alors qu’elles n’étaient que 20 à 30 % la première année. On en perçoit un effet cumulatif qui ne met personne à l’abri des effets nocifs s’il est suffisamment longtemps irradié.

En conclusion, les dangers sanitaires liés à l’utilisation du sans-fil-à-tout-prix et en toute occasion sont connus depuis des décennies par les scientifiques, mais parfaitement bien occultés et cachés par nos autorités et les industries auxquelles cette ignorance des consommateurs profite aux entreprises par milliers de milliards de dollars à l’échelle planétaire!

Quand donc ces industries se tourneront-elles vers des technologie biocompatibles, telle que la communication par la lumière sans fil (Li-Fi ou Light Fidelity) ou via la fibre optique? Lorsque nous serons assez nombreux à être dûment informés et à choisir de privilégier notre santé et notre longévité ainsi que celles de nos enfants plutôt que le confort immédiat d’une connexion sans fil.

C’est nous qui décidons de notre avenir et de celui de nos enfants!

Pour en savoir davantage...

Rapport NASA CR 166661 (également disponible ICI)

Résumé
(...) Recapitulation - From all of the tables and figures in this section, it is seen that EMF may cause death in at least two ways, ventricular fibrillation and sudden infant death syndrome. Both of these occur at power line frequencies; however, one technical newsletter (Bioelectromagnetic Society Newsletter, December, 1980) reported one fatality associated with much higher frequencies. Death followed accelerated aging, and a New York State court was convinced that protracted exposure to microwaves was the cause. It is also seen from the tables and figures that electromagnetic fields may promote cancer.

Et notre dossier Champs électromagnétiques : douze façons de se protéger

Ingénieur et concepteur d’avions suisse, Sosthène Berger vient en aide aux gens qui, comme lui, ont développé une intolérance aux champs électromagnétiques. Son site : www.GigaSmog.ch

Voir aussi...

La Nasa sait depuis trente ans que les ondes électromagnétiques peuvent nuire à la santé
(...) L’électro-hypersensibilité, maladie déjà décrite - Des symptômes qui ressemblent aussi étrangement à ceux présentés par les électro-hypersensibles, c’est-à-dire les personnes intolérantes aux champs électromagnétiques. Leur maladie peine encore aujourd’hui à être reconnue par les médecins et la législation. Reporterre a voulu joindre l’auteur… et l’a retrouvé : trente ans après son étude, Jeremy K. Raines est agréablement surpris par le coup de fil reçu d’outre-Atlantique. Ce spécialiste des antennes relais est toujours indépendant, et dirige une société de conseil en analyse et modélisation des champs électromagnétiques. Même s’il n’est pas devenu spécialiste des effets des ondes sur la santé, il n’a jamais cessé de s’intéresser au sujet. Il a notamment témoigné dans le procès Yannon qui a fait date aux Etats-Unis : la justice avait reconnu les ondes électromagnétiques comme responsables de la mort d’un technicien des télécoms. Il reste convaincu du problème : « Il y a plusieurs preuves que si vous travaillez de façon constante à proximité d’un champ électromagnétique, vous pouvez avoir des problèmes », poursuit-il. Depuis la rédaction de ce rapport, il a même lui-même expérimenté professionnellement les conséquences de l’exposition aux ondes : « Je fais partie d’un groupe d’ingénieurs qui travaillent sur les ondes radio et télé. Chacun d’entre nous connaît quelqu’un qui travaille à proximité de ces champs. Beaucoup d’entre eux développent des tumeurs au cerveau et meurent. »
(...) Dans les années 1980, les scientifiques ont bien commencé à chercher une réponse à cette question. « Il y a eu un grand intérêt pour le sujet, raconte Jeremy Raines, car un papier scientifique publié à l’époque montrait une corrélation entre des champs électromagnétiques de haute fréquence et la leucémie. Beaucoup d’autres études ont été faites à la suite de cela. » Puis l’opinion publique s’est détournée du sujet, « l’intérêt a peu à peu disparu », regrette-t-il. Depuis, les technologies sans fil se sont développées, le téléphone portable et le wifi se sont généralisés, mais les recherches n’ont pas suivi. Selon Jeremy Raines, l’industrie n’en veut pas « pour des raisons évidentes. » Quant aux gouvernements, « je ne pense pas qu’ils soient particulièrement intéressés non plus. »

L’Italie reconnaît le lien entre les tumeurs au cerveau et l’utilisation des téléphones portables
En Italie, Innocente Marcolini, réussit à convaincre la Cour de cassation de reconnaître son cancer comme maladie professionnelle due à un usage excessif du téléphone portable. Cette décision repose sur des études suédoises dites plus indépendantes que celle de l’OMS. Elles valident le lien entre les tumeurs au cerveau et l’utilisation du téléphone portable. CLIP


À VOIR ABSOLUMENT!!!
Everything Makes Them Sick
Une série de 22 photos troublantes ayant inspiré la réalisation du documentaire The Sensitives dans lequel les personnes devenues hypersensibles à tous les produits chimiques (une allergie souvent associée à l'électrohypersensibilité) sont appelées des "runners" (terme trouvé dans cet épisode 123 de la série Snowflake dont on peut écouter l'audio de 18 minutes), car elles n'ont d'autres choix que de voyager constamment en quête d'un refuge isolé de tout, d'un endroit non contaminé par la pollution chimique et électromagnétique. Ce sont les canaris de notre civilisation écosuicidaire.

Voir aussi https://www.facebook.com/thecanaryintheclassroom qui présente le point de vue des victimes de plus en plus nombreuses de la pollution chimique insidieuse contaminant la planète toute entière. Voir aussi http://canaryintheclassroom.blogspot.ca/ où l'on peut lire...

"In May 2013, I was chemically injured and this time it had a lasting effect on me. To use Claudia Miller’s terminology, I became 'TILTed'. TILT stands for Toxicant Induced Loss of Tolerance. TILT is a theory of human illness that explains how a person can have a toxic exposure and fail to recover. I became sensitized to (what seemed like) everything and I was no longer able to ride my bike or walk anywhere outside and I suddently found myself completely dependent upon my vehicle to get anywhere. Contentious indeed. For the last 14 months, I have had to drive my car with the windows all sealed up tightly and the vents to the outside closed off so that no exhaust from other cars gets inside the vehicle. It is nearly unbearable in the summer and there have been times when it has been 110°C inside the car because I have no air conditioning. I have to turn the car off and wait a few moments for the air outside to clear before opening my door to get out of the car or for others to get into the car. It is so outrageous to me that I should have to drive my car in order to protect myself from car (and other forms of) pollution! Public transit is not an option for me at all. Of course, I don’t really drive the car or go out very often, but I have a LOT of car guilt.Gas stations have become entirely intolerable. I have to wear a respirator mask when at the gas station and can not open the doors or windows at any point while on or near the property. The person filling the tank (usually my partner) has to get out of the car prior to arriving at the gas station and walk home after pumping the gas because they can’t get into the car afterwards due to residue on clothing, skin and hair. Once home, my partner has to remove all clothing before entering the house and get directly into the shower. Seriously! This is my life!"

Pour savoir si vous êtes devenu-e intolérant-e aux produits chimiques, répondez à ce questionnaire (en anglais).